videos .

process .

insta .

Gallery .

MDP 44
Immersion dans la maison du peuple de Saint-Nazaire, QG des gilets jaunes.
YELLOW WARFARE
Virée touristique en haut de l'Arc de Triomphe, en compagnie des gilets jaunes.
OLD PLATES
Restauration de plaques de verre photographiques et mystérieuses inconnues.
AFGAN BOX
Gens de passage et portrait comme au bon vieux temps.
BIGOUDENN
Pays Bigouden: que reste-t-il des traditions Bretonnes à notre époque ?
BELLASTOCK
Le Woodstock de l'architecture éphémère prend place cette année en Seine-Saint-Denis.
BLACK SARA
Foi et caravanes : immersion dans pèlerinage Gitan des Saintes-Marie-de-la-mer.
SULAWESI
Voyage sur une des plus grandes îles d'indonésie, loin des cartes postales de Bali.
DOUBLE SEINES
Déambulation temporelle et doubles expositions autour des crues de la Seine.
Show More

about .

Un jour, lors d’une exposition, face à mon regard ébahi devant une œuvre réalisée à l'aide de milliers de coups de cutters, un ami m'a dit « en fait toi, ce qui t’intéresse dans l'art, ce n’est pas le résultat en lui-même, mais bien le procédé ». J’ai soudainement réalisé qu’il avait raison.

 

En photographie comme dans l'art en général, la manière de produire m’importe autant (si ce n’est pas plus) que le résultat final. J’aime que le procédé soit pris en compte dans la signification que l’on attribue à l’œuvre. L’œuvre n’est plus le résultat fini, mais l’ensemble des opérations qui l’ont fait aboutir. 

 

Je me suis naturellement tourné vers la photographie argentique. À travers l’importance que j’accorde à mon processus de création, j’ai développé une approche aussi bien artisanale que photographique.  L’absence de technologie et le caractère chimique du procédé permettent d’y faire surgir des erreurs, des aléatoirités, en somme ce hasard poétique qui m'excite tant. 

 

Quand je shoote, j’imagine la lumière s'imprimer sur mon film. J'aime sentir l'odeur si particulière quand je rentre dans mon laboratoire. J’aime ce plaisir, mêlé à l’angoisse, de voir apparaître la photo doucement dans le révélateur. 

 

Une fois la porte du laboratoire franchie, le temps ne compte plus, il n'y a plus de limites.

 

La seule limite, c'est notre imagination.

Studio Puyfontaine ©

contact

leica.png