Venus d'Avignon, Elianne vient pour la première fois aux Saintes Marie. (en cours ...)

C'est l'emblème de la Camargue. La croix est présente à l'entré du village des Saintes-Marie-de-la-mer où se déroule le pèlerinage. C'est également l'emblème des gitans. Beaucoup d'entre eux, possèdent un bijoux, un tatouage .... symbolisant cette croix. La croix représente la foi, l'ancre, l'espérance et le cœur, la charité. Ces trois vertus proviennent du final de l'Hymne à la Charité.

La crypte, semi enterrée, se situe sous le chœur de l'église des Saintes Marie de la Mer. C'est ici que trône la statue de à Sara la noire, vêtue de ses multiples robes. Lors du culte à « Sara-Kâlî », on vient d'abord illuminer des bougie (il y fait une chaleur incroyable). L'on porte ensuite un baiser respectueux sur un pied ou le bas de la robe de la statue sacrée.

Si le nom de " Gitan " est donné chez nous à l'ensemble des populations d'origine tsigane, il n'appartient légitimement qu'à un seul groupe (de loin le plus nombreux et le plus implanté aux Saintes Maries de la Mer). Une multitude de peuples composent cette communauté (Gitans, Manouches, Roms, Sinti, Yéniches...) m'explique cet homme à travers la fenêtre de son Pickup. Au moment de partir, il me brandit la croix en disant "que Dieu te bénisse".

Le "Harley Davidson Club Niglo" est le club regroupant les motards de la communauté des gens du voyage. Sur leurs vestes de cuir, leur mascotte: un hérisson (le "niglo" dans le langage Tsigane) chevauche lui aussi sa propre Harley Davidson. Le "Niglo", devenu emblème des gens du voyage, était le plat quasi-quotidien des tziganes de France et d'Europe lors de la seconde guerre mondiale.

Philippe, le père est gravement tombé malade lors de son séjour en prison, ils sort en apprenant que son cancer ne lui laisse plus qu'un an à vivre. Ne pouvant se rendre au pèlerinage cette année, il confie son pendentif à son fils Jérôme, qui le bénit autour de Sara la noire pour pour lui. Lorsqu'il lui rend, le temps passe et la maladie disparait peu à peu... L'année suivante, il est totalement guéri et repart au pèlerinage avec son fils.

Pendant une semaine, le village des Saintes Marie de la mer est submergé par la population des gens du voyage. Ils installent leur roulottes et leur caravanes dans les rues, sur les places, au bord de la mer ... De vrai villages village voient le jour (sur les parkings: machines à laver, sèche linge, TV, grandes tablées ....) ils sont ici chez eux.

Le gardian (du provençal gardian, littéralement « gardien ») est le gardien d'une manade camarguaise ou troupe de taureaux ou de chevaux élevée en semi-liberté. Au bout de leur long bâton le trident sert à mener le troupeau. A l'aide de ce dernier , ils ouvrent un chemin à travers la foule sur la plage, afin de laisser passer la statue de Sara la noire, la sainte vénérée par la communauté gitane.

L'église des Saintes-Marie-de-la-Mer est le centre d'attention pendant les deux jours du pèlerinage. Offices et veillées s'y succèdent. A l'intérieur et lors des rituels religieux, les pèlerins sont habités par une foi extrêmement puissante. Elle est visible à une dizaine de kilomètres à la ronde. C'est d'ici que que débute la "procession à la mer" de Sara la noire.

Lors de la procession à la mer de Sara la noire, les pèlerins entrent tous ensemble dans l'eau, afin d'être bénis en même temps que la statue. Ici, une pèlerine se fait bénir par une femme sainte, venue du Brésil pour l'occasion.

Holidays ?

L'Eglise des Saintes Maries de la Mer connaît plusieurs fois par an des heures de ferveur intense à l'occasion des Pèlerinages. Roms, Manouches, Tsiganes et Gitans arrivent des quatre coins d’Europe et même d’autres continents pour vénérer leur Sainte, Sara la Noire. C'est l'occasion pour plusieurs familles de se retrouver et de partager du bon temps en famille.